Consultez gratuitement nos différents cours

  • La reproduction chez les vertébrés (Science de la Vie et de la Terre)

    Tous les animaux sont capables de donner naissance à de nouveaux êtres vivants de la même espèce. Chaque être vivant provient de la réunion de 2 cellules reproductrice ou sexuelle ou gamète. Le gamète mâle est appelé spermatozoïde. Et le gamète femelle est appelé ovule.   Différents modes de reproduction chez les vertébrés Les ovipares: Se sont les vertébrés qui se reproduisent à partir des œufs  pondus et couvés hors de l'organisme maternel. Ex: la poule Les ovovivipares: Ce sont des vertébrés qui pondent...

    Lire la suite : La reproduction chez les vertébrés

  • L'empire songhaï de Gao (Histoire)

    Origine et formation L'origine du peuple Songhaï tient beaucoup plus que des réalités historiques. Au 8es (siècle), des Etats mals organisés existent déjà dans la boucle du Niger. Ils tombent sous la tutelle de Mansa Moussa en 1325. Avec les difficultés du Mali au 15es, le peuple Songhaï se libère et fonde un puissant empire sous la conduite de Sonni Ali Ber. Sonni Ali Ber "Ali le grand (1464-1422) Intelligent et énergique, clairvoyant et réaliste et magicien, il pratique l'Islam par calcine...

    Lire la suite : L'empire songhaï de Gao

  • Les premiers royaumes malgaches (Histoire)

    Depuis le peuplement de Madagascar, il n'existe que des clans. Les premiers royaumes Malgaches se forment au 16es (siècle) Les origines des royaumes Malgaches Certaines recherches montrent que les Malgaches seraient des métisses d'Africains et d'Asiatiques. Les Malgaches regroupés en clan, ont finalement constitués des royaumes avec une conception religieuse du pouvoir. Les royaumes Malgaches Le Sakava et les Betsiléo Le Sakalava s'est développé en périphérie par les rois Maroserona,...

    Lire la suite : Les premiers royaumes malgaches

  • La classe des mots (Français)

    Corpus La petite chèvre de monsieur Séguin a été dévorée hier par le loup. Ouf! dit l'homme en déposant son fardeau. Je veux que tu vienne passer les vacances chez nous cette fois-ci. Il ne pouvait ni avancer ni reculer Chacun a hâte d'arriver au but. La langue Français distingue 3 classes grammaticales de mots qui se repartissent en mots variables d'une part et en mots invariables d'autre part.   Les mots variables Ils varient en genre et en nombre et en personne. Ils se compose de: Les noms...

    Lire la suite : La classe des mots

La loi d'ohm - la loi de joule

La résistance électrique

Généralité sur les résistances

Une résistance est un dipôle ayant la propriété de s'opposer plus ou moins au passage du courant électrique. Il existe plusieurs types de résistance qui peuvent être regroupées en deux grands groupes:

  • Les résistances linéaires dont la caractéristique I=f(U) est une droite.
  • Les résistances non linéaires dont la caractéristique I=f(U) n'est pas une droite. Ces résistances sont sensibles soit à la tension température, soit à la tension, soit au champ magnétique. On distingue dont les thermistances (C.T.N et C. T. P):
    • C.T.N: résistance à coefficient de température négative. La résistance diminue quand la température augmente.
    • C.T.P: résistance à coefficient de température positive. La résistance augmente quand la température augmente.
    • Varistance (V.D.R): La résistance diminue quand la tension augmente.
    • Photo résistance (LDR): La résistance diminue quand elle est éclairée.
    • Les magnétorésistances (MDR): La résistance diminue quand le champ électrique augmente.

Résistivité - conductivité - conductance

La résistance d'un fil conducteur homogène de longueur l et de secteur S à une température constante se traduit par la relation: RΦ.l/S.

  • R: résistance en ohm
  • Þ: résistivité en ohm mètre
  • l: longueur du fil en m
  • S: section en m2

Þ caractérise la nature du fil notamment sa capacité à laisser passer le courant électrique.
La conductivité est l'inverse de la résistivité Y=1/Þ et s'exprimée en siemens/mètre: Y en s/m
La conductance est l'inverse de la résistance G=1/R. G en siemens(s)

Variation de la résistance en fonction de la température

Pour les métaux et les alliages, la résistivité est fonction de la température. Les valeurs Þ0 et Þc de la résistivité à 0° Celsius et à O° Celsius sont liés à la relation suivante:
Þo = Þ0(1 + ßO)
ß: coefficient de température
ß = 1/250
RO = R0(1 + ßO)


La loi d'ohm

Enoncé de la loi

La loi d'ohm stipule que la tension U aux bornes d'un résistor est égale au produit de sa résistance R par l'intensité du courant I qui le traverse. U=R.I

  • U en V
  • R en ohm
  • I en A

Aux bornes d'un résistor le courant et la tension ont toujours le sens contraire.

 

12


Association des résistances.

En série

 
 

13

 

La loi de Kirchhoff des mailles dit que la somme algébrique dans une maille est égale à 0:

 

14
U - UR1 - UR2 - UR3 = 0
U - R1.I - R2.I - R3.I = 0
U - I(R1 + R2 + R3) = 0
U - I.Re = 0
Re = R1 + R2 + R3
Une maille est un circuit fermé

 

En parallèle

 
 

15

Loi de Kirchhoff des noeuds.
La loi de Kirchhoff des noeuds stipule que la somme des courants qui entre dans un noeud est égale à la somme des courants qui en ressortent.
I = I1 + I2 + I3

 
 

16

Dans un montage en parallèle l'inverse de la résistance équivalente est égal à la somme des inverses des résistances du circuit. La conductance équivalente est égale à la somme des conducteurs des éléments du circuit.

 

 


Expression de la puissance

 

La puissance électrique dissipée entre deux points A et B d'un conducteur est égale au produit de la tension aux bornes de ce conducteur par l'intensité du courant qui le traverse:
P = U.i

  • P en watt (w)
  • U en Volt (v)
  • A en Ampère (A)

D'après la loi d'ohm, on a:
U = R.U ↔ P = R.I2
U = R.I ↔ I = U/R d'où P = U2/R

 

 


La loi de Joule

 

On appelle effet joule, le dégagement de chaleur qui accompagne toujours le passage du courant électrique dans un conducteur.
D'après la loi de Joule, la quantité de chaleur dégagée dans un conducteur est fonction de l'intensité du courant, du temps de passage de ce courant et la valeur de la résistance du conducteur.
W = R.I2.t

  • W: j
  • R: ohm
  • I2: A
  • t: s

W = P.t = U.I.T
W en Wh si:

  • P en W
  • t en h

1Wh = 3.600 J
1Cal = 4,18 J

 

 


Valeur des unités (Rappel)

 

 

Giga (G)

Méga (M)

Kilo (K)

Unité

milli (m)

micro (µ)

nano (n)

Pico (p)

109

106

103

1

10-3

10-6

10-9

10-12

Tension (V)

109V

106V

103V

1V

10-3V

10-6

10-9V

10-12V

Résistance

109ohm

106ohm

103ohm

1 ohm

10-3ohm

10-6ohm

10-9ohm

10-12ohm

Intensité (A)

109A

106A

103A

1 A

10-3A

10-6A

10-9A

10-12A